La révolution est proche. Revenez en 1789 et réécrivez l'Histoire.
 

Partagez | 
 

 Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Lun 22 Sep - 7:50






Le Ciel Les oiseaux et Moi!



Il faisait beau aujourd'hui en France, plus précisément à Versailles. On m'avait levé au lever du soleil ce matin, et après ma cérémonie du levé, je m'étais vite rendu compte qu'une belle journée nous attendais. J'avais prit l'une de mes belle tenue -pour que les dames de la cours ne dise rien de méchant sur moi- et m'étais fais habillé dans les règles de l'étiquette. 
Après ma cérémonie, je me retrouvais seule, comme la plus part du temps. Ma Belle Yolande n'était pas au château aujourd'hui, ni mes autres amis, alors, je partis dans les jardins seule. 
L'air pur de Versailles était plus chaud que l'air autrichien de ma jeunesse. Comme l'Autriche me manquait...Ce n'était que pendant mes moments de solitude que je pensais à ma famille. Non pas que je ne les aimait pas, au contraire, je voyais de temps en temps mon frère et cela me rassurais de le voir venir ici...
Je marchais dans les jardins, les courtisanes que je croisais me regardait de haut, à croire qu'elles étaient plus haut placé au château que moi. Le soleil ne m’atteignais pas avec mon beau chapeau. Après avoir vu un banc libre, je m'y asseyais et fermais les yeux, sentant l'air doux dans ma nuque. Que c'était bon... 
Je croisais au loin mon royal époux partant à la chasse, si tard? Cela me surpris au plus au point. Sans doute avait-il finit sa réunion avec les ministre -ou alors une de ses nombreuses serrures qu'il s'amusait à défaire dans notre lit le soir-.  J'aimais beaucoup Louis, il était un grand ami, peut-être mon meilleur ami, mais pas un bon époux. Il faut dire que nous nous respections sans pour autant vouloir être un couple normal. La cours parle souvent de mes frasques amoureuses mais ceux-là ne comprennent pas ce que nous sommes. Je sais que Louis n'a pas de maîtresses, il ne touche même pas sa femme, alors que ferait-il avec ses mains maladroites avec une autre? 
Je soupirais de mes pensées, je divague de plus en plus et sens les mains douces de la personne que 'aime sur mes épaules...pourtant je suis seule. J'ai besoin qu'on m'embrasse, qu'on m'enlace pour me dire que tout ira bien, que rien ne changerais malgré les réunions d'état qui s'organisaient de plus en plus...
Je restait seule sur mon banc. 









(c) Naissy

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Lun 23 Fév - 8:39

Versailles, je m'y étais déjà rendu, bien entendu. Mais jamais à l'intérieur du château, celui qui faisait rêver tant de personnes du peuple ou autres monarques étrangers. Et moi, simple petit cafetier, j'avais la chance de pénétrer dans l'enceinte de ce palais que tout le monde enviait. Ma présence en ces lieux était pourtant plus qu'inespérée, et c'était par le biais d'une de mes connaissances que j'avais pu passer une journée au château. Effectivement, un marquis me devait un service et il me proposa de m'introduire à la Cour sous les traits d'un de ses cousins, un vicomte. Le rôle m'avait tout de suite plu, et j'étais prêt à prendre tous les risques pour approcher de plus près la Haute société. Qui sait ? Peut-être rencontrerais-je le Roi au détour d'une allée. J'aurais bien du mal à l'identifier puisque jamais je n'avais eu l'occasion de le voir, ne connaissant son apparence que sur les louis d'or, au dos des pièces dorées où figurait son profil. Mon ami m'avait fourni des habits appropriés dans lesquels je me plaisais étrangement, et après quelques cours de savoir vivre dont je connaissais déjà la plupart des principes, je fus autorisés à l'accompagner à la Cour.

Il faisait particulièrement beau en cette journée à l'aube de l'été. Malgré l'approche de la saison réputée pour sa chaleur, il faisait agréable et une brise légère soufflait sur les jardins. Je marchais dans les allées accompagné du Marquis qui me gardait à l'oeil pour éviter que je ne fasse un faux pas. C'est ainsi qu'il me fit remarquer le départ du roi qui passa devant nous et devant lequel nous fîmes une révérence, comme devait le vouloir l'étiquette.

- Il part presque chaque jour à la chasse malgré la situation politique compliquée. De temps à autre, le Roi se ... Dossonville ?

Il croyait jouer son rôle de gardien de prison avec moi ? Quel doux rêve. Il ne m'avait fallut que quelques instants pour fausser compagnie à mon compagnon pour arpenter le jardin et saluer ses habitants. Les courtisanes me regardaient en rigolant, se demandant certainement qui je devais être. Pourtant, je ne préférai pas les interpeller, ne me risquant pas à tomber sur des pestes qui m'auraient peut-être mis à mal. Il me fallait une "victime" plus simple. Je trouvai rapidement celle qui m'inspirait confiance assise sur un banc à l'écart. Je m'approchai doucement et dis simplement :


- Belle journée, n'est-ce pas ? Puis-je me joindre à vous ?




[HRP : Je sais que ça fait longtemps que tu as posté le sujet, mais c'est toujours d'actualité ?]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Sam 7 Mar - 23:29

Louis venait de me quitter pour partir à sa promenade quotidienne tandis que moi, j'étais assise seule. 'était assez drôle de voir que les courtisanes se fichaient éperdument de moi, moi, la Reine de France. J'étais seule dans ce pays, le peu de personnes qui comptaient était Louis et les personnes qui partageaient mon lit. On commençaient à parler dans les couloirs mais lui bruits de rumeurs étaient souvent de fausses paroles mais bien blessantes. Je n'étais pas une femme à hommes, je prenais du bon temps seulement avec les personnes dignent de confiance.

Les courtisanes regardaient un jeune homme plutôt séduisant, j'eu un petit sourire. Elles ne pensaient qu'à l'amour dans un lit et je pensai même que ces jeunes femmes voulaient savoir son identité. Puis, je le vis arrivé vers moi. Un peu surprise qu'il vienne vers moi. 

-Oh oui, bien sûre allez-y! 

Je fus tout de même surprise mais agréablement de cette demande. Savait-il qui j'étais? Il n'avait pas fait de révérence et j'entend déjà les harpies , sur le banc à côté, marmonner sur la situation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 0:12

Je profitai quelques instants de la vue imprenable que nous avions sur les jardins en attendant la réponse de la jeune femme. Quand celle-ci acquiesça, je pris place à ses côtés après un bref moment d'hésitation. Quel était l'usage dans ce cas de figure ? Baiser la main de la dame ? Ou peut-être faire une révérence ? L'idée d'avoir perdu mon guide me semblait soudainement bien mauvaise ... Au diable les usages ! Après tout, s'il n'agissait pas "comme il le fallait", il ne recevrais que pour punition l'indignation de sa compagne, ce qui était loin d'être dramatique. Je soupirai de plaisir, ne sachant vraiment comment commencer la conversation. Je souris légèrement en voyant les dames assises non loin du banc et qui nous fixaient avec un regard amusé, outré peut-être. Qu'importe, les rumeurs devaient aller bon train dans ce petit monde qu'était la Cour, alors autant ne pas y prêter attention.

- J'adore déjà cet endroit ! Tout semble si calme, un petit coin de paradis à l'écart des ennuies de l'Etat.

Cette phrase, je ne voulais pas vraiment la dire à voix haute, mais je n'avais été à en mesure de la contenir. J'avais du mal à croire qu'à quelques kilomètres de là, il ne restait rien de ce paysage enchanteur, à peine de quoi le deviner. Le contraste entre Versailles et les misérables rues de Paris était impressionnant ! Cela, par contre, il ne fallait le dire à voix haute. Il ne fallait pas oublier que je devais endosser un rôle d'aristocrate venu de la campagne, et non des bas fonds de la capitale.

- Pardonnez cet émerveillement, je viens en ces lieux pour la première fois et je dois encore prendre connaissance des us de la Cour. Pardonnez donc la maladresse.

Mieux valait prévenir que guérir. Au moins, cette demoiselle était désormais informée de ma situation et mes futures erreurs seraient ainsi justifiées. Espérons que ce stratagème fonctionne !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 0:22

Le comportement du jeune homme m'amusai énormément. Je posais mes mains sur ma robe en mousseline, regardant mon hôte. Effectivement je ne l'avais jamais vu à la cours. Je lui fis un sourire quand il parla de la beauté des lieux. Pour moi, ce château restait une prison dorée, je préférais m'échapper dans mon hameau ou au petit trianon. Soit, je ne lui fit point part de mes jardins secrets.

-Certes, cependant, ce lieu cache de plus beaux joyaux dans ces lieux...Très peu de personnes y ont accès, il faut...Connaitre la reine...

J'avais hésité longuement à lui dire mon identité, et, voyant bien qu'il ne me reconnaissait point, pourquoi pas ne pas endosser le rôle d'une jeune femme de la cour? Quand il m'annonça qu'il était nouveau ici, cela confirma mes espérances, il ne savait pas qu'il parlait à la reine. 

-Oh, je connais cet émerveillement, quand je suis arrivé ici, je trouvais ce lieu magnifique,disons , qu'il était autres en Autriche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 0:49

J'aimais déjà cette jeune fille, bien que je ne la connaisse que depuis quelques minutes à peine. Pourtant, elle émanait un sentiment étrange que je ne parvenais à saisir. Elle semblait à la fois timide mais fière. Oui, elle m'intriguait. A sa première remarque, je tournai la tête vers elle, septique, n'étant pas bien sur de comprendre. Et j'aurais volontiers préféré rester dans l'ignorance pour éviter la brutalité du choc qui m'attendait. Mais quand mon interlocutrice fit référence à l'Autriche, nul doute possible. Le sang quitta précipitamment mon visage, mon sourire s'effaça alors que ma bouche restait entrouverte, trop sonné pour que je pense à la refermer. J'aurais tellement voulu me retrouver à Paris, dans mon café miteux, plutôt qu'être confronté à une telle situation. Il décida de ne pas attendre d'être frappé par la foudre et quitter presque dignement ce bas monde et décida de réagir.

- Ma... Majesté... Je... Veuillez pardonner mon ignorance...

Je me le ai précipitamment et me mis à genoux en guise en révérence. Je supposais qu'il fallait s'incliner devant un personnage de cette importance. Maudit soit la Chance ! Il y avait des dizaines, des centaines de courtisanes dans les environs, il le destin m'avait amené à la maîtresse des lieux. J'en vain même à supplier le ciel que mon prétendu "cousin" ne vienne à mon secours, quitté ne plus jamais remettre les pieds ici. Mais le mal était fait et il fallait me calmer sur le champs si je ne souhaitais pas empirer la situation. Je recouvrai quelque peu mon calme et un sourire gêné se dessina sur mon visage. Je trouvai assez d'audace pour plonger mon regard dans celui de la jeune reine et parvins à articuler :

- En venant à Versailles, jamais je n'aurais cru rencontrer Votre Majesté, d'où mon étonnement. Pourtant, j'aurais du me douter que seule une souveraine puisse posséder une telle beauté.

Autant essayer la flatterie pour me sauver, bien que je pensais tous mes mots. Je ne l'imaginais pas ainsi. À Paris, l'on disait les pires maux sur "madame déficit", la caricaturant à tout va. Jamais je ne l'aurais imaginé aussi... Simple, gentille. Car malgré son titre, la sympathie que j'avais pour elle dès notre rencontre ne m'avait pas quitté.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 0:58

Et voilà que je n'avais pas été assez bonne comédienne pour endosser le rôle de quelqu'un d'autre. En un rien de temps, le jeune homme s'était mit à genoux devant moi. Je n'aimais point ce type de geste, une tel soumission devenait gênant. Je me mis à me remémorer mes matins....Mes levés aussi étaient une choses que je n'aimais point. Etre nue devant une cinquantaine de femme- certaines bien pus belles que moi- me stressais au plus au point. J'eu un petit soupire, lui souriant doucement, le relevant de sa révérence.

-Allons...Vous venez de me dire que vous n’étiez point de la cours...Vous êtes totalement pardonné...

S'en suivit un petit rire.

-Décidément je suis une bien piètre comédienne. Moi qui voulais ne pas vous dire mon identité...

Celui-ci m’inonda de compliment, j'eu un petit sourire. Pensait-il que c'était comme cela qu'on se faisait pardonner de la reine de France? Je n'étais point comme ces courtisanes qui, à ce moment même, riaient de celui-ci, je leurs jetai alors un regard noir et celles-ci partirent du banc. Après tout, elles avaient bien trop peur de moi, bien trop peur que je ne les bannisse de leurs privilèges d'être près de moi le matin. 

-Allons, relevez-vous et asseyez vous à nouveau sur le banc, faites comme si vous étiez avec une personnes de votre rang.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 1:33

Je fais ce qu'on me disait, me rassis à côté d'elle en essayant de rester naturel. Il fallait absolument que j'essaie de m'imaginer qu'à côté de moi se trouvait une fille comme les autres et non pas celle qui gouvernait le pays. Je souris en entendant sa complainte concernant ses talents d'actrice, et répondis calmement :

- Je ne crois pas que ce soit de votre faute. Rares sont les Autrichiennes admises à la Cour, n'est-ce pas ?

Je commençais à comprendre ce qu'elle voulait. Il y avait dans l'enceinte du château des centaines de courtisans qui usaient de maintes tromperies pour s'attirer les faveurs du couple royal et ainsi monter dans l'échelle sociale. Je n'avais nullement besoin de monter dans l'échelle sociale, alors autant rester moi-même sans pour autant me dévoiler totalement. Avec un air malicieux, je reportai mon regard sur la jeune femme :

- Je vais vous proposez un jeu, si vous êtes d'accord, bien entendu ! Devenons quelqu'un d'autre et recommençons à zéro. (Je me levai, m'éclaircis la voix d'un air théâtral et en prenant une voix digne d'un comédien, je saluait la jeune femme en tirant mon chapeau) Jean-Baptiste de Varmont, pour vous servir ! Je... Je suis vient d'Angleterre et me retrouve en ces lieux pour ... voir mon cousin ! Bien sûr, toute cette histoire fait partie du jeu ! Et vous seriez ... ?

J'avais hésité à lui révéler ma véritable identité, mais je ne souhaitais pas me dévoiler tout de suite. Qui sait ce qui pourrait arriver ? En tout cas, le choix de ce petit "jeu" pouvait s'avérer risqué, mais qui ne tente rien n'a rien. Amusons-nous donc un peu !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 1:57

-Il est vrais... L'Autriche est un pays qui est un peu mit de côté en France...L'Autriche doit se transformé en France une fois les frontières passé...

Je me remémorais alors le jour où j'étais arrivé, un jour de chasse, en France. J'avais dû aller dans un sas pour me purger de toutes mes manies autrichiennes...et de me séparé de tout...Même de mon petit carlin...

Celui-ci me proposa alors de jouer à un jeu amusant, en l'entendant, j'eu un petit rire. Pourquoi pas devenir quelqu'un d'autre? J'acceptai alors avec plaisir, amusée de ce que mon hôte me présenta. J'étais, cependant, bien ennuyée: Qu'allais-je bien pouvoir inventé?  Je me levai à mon tour, faisant face à ce Jean-Baptise, lui faisant un sourire.

-Enchanté Monsieur de Varmont! 

Je fis alors une révérence. 

-Je me nomme Marie-Thérèse Hertz! Je suis Autrichienne et on m'a laissé être celle que je voulais ici! Je suis ici en tant que fermière! J'habite au petit hameau de la Reine et lui fait son lait! Je m'occupe de sa résidence quand celle-ci n'est point là! 

J'avoue n'avoir pas été chercher très loin mais ce uqi comptait, c'était d'être quelqu'un d'autre non? Et là, avec lui, j'étais une jeune femme de 34 ans qui n'était pas la reine de France mais qui était elle-même chaque jour de la semaine et qui vivait dans la simplicité, pourquoi ne pas dire que je logeais dans une petite chambre dans le hameaux? Oui...Si ce jeu continue, je ferais cela...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 3:50

Ce fut avec joie que je vis sourire la jeune reine et se prêter au jeu. Son personnage était intéressant et je me surpris à rire en observant sa performance. A mon tour de donner la réplique dans cet immense théâtre qu'étaient les jardins.

- Bien le bonjour Milady. Vous avez bien de la chance de connaître Sa Majesté, je n'ai jamais eu l'occasion de lui parler. Mais je suis certain qu'il s'agit d'une personne charmante. (Je fis une pause, souriant à la jeune femme). Pour ma part, j'exerce le noble métier d'écrivain et de poète. J'adore voyager, parcourir le monde, et suis même allée en Amérique !

L'Amérique, comme j'aurais aimé m'y rendre s'il n'existait pas là-bas que de la poussière et quelques colombs. La France y avait remporté une grande victoire aux côtés des insurgés lors de la guerre d'indépendance et des héros y étaient nés. La Fayette, revenu récemment, mais d'autres grands noms avaient également fait leur apparition : George Washington, Thomas Jefferson ... Tiens, et si ce personnage de Varmont s'y était battu ?

- Car avant d'acquérir ma fortune, je me suis battu lors de la guerre d'indépendance américaine, aux côtés des Français. Oui, je trouve les Anglais trop coincés et stupides, ils n'avaient aucune chance de remporter la victoire, surtout face à de tels adversaires !

J'accompagnais mes propos de grimaces et caricatures de ces Anglais que, j'avoue, je ne portais pas dans mon cœur. Autour de nous, les gens commençaient à s'interroger mais ne disaient mot, peut-être dans la crainte de déplaire à la reine.

- J'ai cependant délaissé les fusils pour m'armer d'une simple plume, car les mots ont parfois plus de portée que les balles. Appréciez-vous la poésie, mademoiselle Hertz ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 4:57

Je me surpris à aimer ce jeu que nous faisions lui et moi. Comme si nous étions libres de tout. Un sourire toujours accroché à mes lèvres. Voilà qu'il parlait de moi, une personne charmante? Ah je n'était pas le genre de personne à me jeter des fleurs...

-Oh vous savez je ne l'a voit que très rarement, elle batifole la plus part du temps dans son hameaux, couchée dans l'herbe ou à cueillir des fleurs avec ses enfants! 

Et cela était vrais, j'aimais me rendre dans "mon chez moi Français" pour y être au calme avec les personnes qui comptaient le plus pour moi...Il se mit à parler de la guerre d'indépendance, bien sûre que j'en avait entendu parler, qui donc ignorait ce qui s'était passé dans le Nouveau Monde? Je lui dis un sourire.

-Oh voilà un valeureux guerrier alors à mes côtés! J'en suis honoré!

Je fus amusée, quelques minutes au paravant, c'était à son tour d'être honoré de ma présence. Mais cela ne fait pas de mal de devenir quelqu'un  d'autre le temps d'une discussion...Voilà qu'il me demandais, à présent, si j'aimais la poésie. Alphabète, je fus amusée de dire tout le contraire! 

-Les Anglais sont un peu les Autrichiens de la France! (Je me mis à rire). Ma foi, j'aime qu'on me lise de la poésie puisque je ne sais point lire moi même! Mais vous avez raisons. Les mots sont plus importants que les gestes. Si on vous écoutaient, vous poètes, la paix reignerait partout!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 7:43

Comme l'esprit humain est fascinant ! Il suffit de penser qu'une personne pense que son interlocuteur est quelqu'un d'autre et au bout de quelque minutes, elle a oublié l'identité première de son comparse. Voilà ce qu'il se passait en ce moment avec Marie-Antoinette. J'aimais assez mon rôle, et le sien semblait lui convenir. Car les personnages que nous aimons le plus jouer sont souvent ceux qui nous sont en tout point opposés. Aussi, je ne fus qu'à moitié surpris que ma compagne incarne une femme du peuple, illettrée, mais qu'elle jouait à ravir.

- Hélas, les mots ne résolvent pas tout et la réalité est souvent bien plus triste.

Je pensais en ce moment à Paris, aux femmes et enfants qui y mouraient de faim. Je me demandais ce que l'on disait de la situation de la capitale ici, à Versailles. Malgré ma situation extraordinaire en ces lieux, mes pensées restaient attachées à ma ville d'adoption, comme si jamais je ne pourrais m'en défaire sans éprouver un profond regret. Et si là-bas les dangers venaient des brigands, ici, les mauvaises mangues constituaient les ennemis principaux. Car si moi je ne restais que momentanément au château, il fallait penser à la situation de la reine qui devrait rester à jamais dans cette prison. J'en d'endossai à nouveau mon rôle de Varmont et dis en tendant la main vers la jeune femme :

- Je vous réciterai quelques vers si cela fait plaisir. Mais avant cela, laissez-moi vous emmener dans un endroit plus tranquille. Si l'on me voyais avec une simple servante, ma réputation en souffrirait beaucoup !

Je ponctuai ma phrase par un clin d'oeil et tentai d'oublier les dizaines de personnes qui nous regardaient discrètement, dont celui qui m'avait emmené en ces lieux. Je lui jetai un bref coup d'œil par dessus l'épaule de mon interlocutrice. Le pauvre, il semblait sur le point de tomber raide mort ! S'il s'attendait à ce que je rencontre la reine ... Et si quelque chose se passait mal, la faute lui incomberait si je ne tenais pas ma langue. Il ne savait pas que je n'avais pas mentionné son nom à la souveraine jusqu'à présent, d'où son inquiétude. Je voulais absolument quitté cet endroit où nous étions trop exposés, où nos moindres faits et gestes étaient épiés. Mais ne connaissant les lieux, je n'avais absolument aucune idée de l'endroit où j'emmènerais la reine par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Dim 8 Mar - 8:57

-Oh oui je n'en doute pas...

Bien sûre, je n'avais aucune idée de ce qui se passait hors es murs de Versailles. Mais j'entendais souvent Louis parler de problèmes venant de la capital. Le peuple devait donner du fil à retordre à mon royal époux et moi, je n'avais aucune idée de comment l'aider et puis, si je disais quoi que ce soit...En fait non, je ne donnait jamais mon avis sur la vie politique de la France. Je n'étais, en fait , bonne qu'à faire des fêtes. Je savais qu'on m'appelait Miss Déficit, qu'on dit que je fais des fêtes au miliers de louis D'Or alors que je n'en n'ai fait que Deux depuis que je suis ici reine...Je pris la main de mon interlocuteur.

-Laissez moi vous guider. 

Je lui fis un clin d'oeil puis nous partîmes pour ma grotte. En effet très peu de personne ne connaissait cet endroit, Louis l'avait fait construire pour moi, c'était une grotte, au fin fond des jardins, secrète, où un simple banc y était installé, en roche. Un trou pour voir si quequ'un arrivait était creusé dans la roche. Je le dis entré dans ce petit coin en souriant.

-Ici, cela vous convient-il?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Lun 9 Mar - 8:13

La jeune femme semblait avoir remarqué que je sois totalement perdu en ces lieux puisqu'elle suggéra de me servir de guide, ce qui me rassura. J'eus un léger mouvement de recul lorsqu'elle voulu me prendre la main, puis finis par me laisser faire. Il fallait croire que malgré notre jeu de rôle, je la considérais toujours comme la reine de France, et c'était mieux ainsi. Ainsi, je la suivis dans une petite grotte à l'abris des regards. Les aristocrates nous avaient dévisagé tout au long du trajet, et je me plaisais à en narguer certains avec un sourire malfaisant. Voyez comme vous ne représentez rien, contemplez votre faiblesse ! J'ai réussi à faire en un jour ce que vous avez cherché en vain depuis des années : attirer les grâces de la reine. La jalousie s'empara de quelques uns des passants et les rumeurs allaient déjà bon train. "Le connaissez-vous ?" chuchotaient certains, "D'où croyez-vous qu'il vienne ?" ou bien "comment la reine l'a-t-elle rencontré ? Se connaissaient-ils déjà auparavant ?". Toutes ces hypothèses me faisaient sourire et ne firent qu'accentuer mon amusement.
Le grotte dans laquelle ma compagne m'amena constituait le dernier endroit dont j'aurais soupçonné l'existence dans ces jardins. Caché au détour des bosquets, camouflé derrière une chute de végétation, la petite cavité constituait le lieu parfait pour trouver la tranquillité. A la question de la reine, je répondis, encore sous le charme :

- Je n'imaginais pas la présence de cet endroit, tout comme la plupart des résidents je suppose ?

Ce fut Dossonville qui prononça ces mots, et non plus ce Varmont que je devais incarner. Je m'éclaircis la voix, repris un air théâtrale et me surpris à annoncer à la reine :

- Madame, notre royaume ... dis-je en désignant l'intérieur. Mais attention, il n'est nullement question de courtisans ou autres importuns dans ce petit pays où nous sommes les seuls habitants.

Je lui souris. Plus de lois dans ce "petit pays" que constituait la grotte, plus de reine non plus. Juste un certains Varmont et son amie mademoiselle Herzt. Le jeu de rôle se poursuivait.


Dernière édition par Jean-Baptiste Dossonville le Mar 10 Mar - 6:35, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Lun 9 Mar - 9:49

J'eu entendu les paroles de ces petites personnes car oui, ils étaient tous petits dans leurs personnalités, ils étaient des clones de chacun. Une fois dans la grotte, un sentiment de protection m'envahis. J'étais bien avec cette personne que je connaissais à peine. Je le regardais alors me demandant si d'autres personnes connaissait ma cachette. A vrais dire non...

-Oh seule la reine l'a connait, enfin, et moi puis qu'elle m'en avait déjà parler. Elle vient parfois à la nuit tomber, seule avec sa chandelle, pour écrire quelques mots sur un papier...

Je lui avouai des choses que peut-être je ne devais pas faire...Mais tat pis pour moi, on connaissait ma naïveté et mon insouciance...Pour moi, tous le monde, au fond, était bon.

-Voilà un très beau royaume qu'est le notre! Au moins ici, personne ne nous jugera, nous serions libre de nos gestes!

Je me mis à rire un peu
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mar 10 Mar - 6:35

Il faisait plus frais dans la petite cavité, mais un peu de fraîcheur ne ferait pas de mal avec la chaleur qui régnait à l'extérieur. Un banc se trouvait contre la paroi en face de l'entrée, mais je n'avais guère envie de m'asseoir pour le moment. Je repris un ton plus sérieux, hésitant quelques instants sur la question que je m'apprêtais à poser :

- A qui écrit-elle pour devoir se cacher ainsi du reste du monde ?

Je regardai la réaction de la reine du coin de l'oeil, ne sachant si j'avais bien fait de poser cette question personnelle. Après tout, pourquoi répondrait-elle ? Je la connaissais à peine et voilà que je lui demandais de telles choses ? Je voulus me rattraper et dis simplement :

- Je n'ai jamais eu quiconque sous mes ordres, mais je me doute que le métier de roi ne doit pas être de tout repos, idem pour celui de reine. Je ne suis présent à Versailles que depuis quelques heures et j'en ai déjà assez des rumeurs et intrigues, de ces aristocrates qui n'affichent pas leur vrai visage.

Les nobles ne valaient pas mieux que les pires truands des villes. Car si ces derniers cherchaient à attirer la pitié des passants, les autres voulaient acquérir le plus de pouvoir et d'influence possible. Je finis par me diriger vers le banc et soupirai longuement, fermant les yeux quelques instants. J'aimerais vraiment connaître d'avantage le jeune femme, mais jamais je ne ferais rien de ces informations. Ou plutôt, je les garderais enfuis dans un coin de mon esprit au cas où elles me seraient utiles un jour, bien que j'en doutais grandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mar 10 Mar - 6:45

Je regardais alors mon compagnon quand soudain il me posa cette question personnel. Je fus un peu emprise aux doutes. Devais-je dire que j'écrivais à Fersen? Que j'écrivais quelques vers quand j'en avais l'occasion, que j'envoyais des lettres à ma famille en Autriche? Je le regardais en souriant un peu.

-A vrais dire je ne sais pas trop ce qu'elle fait. Sans doute écritait-elle à sa famille...Elle lui manque beaucoup...

Je le laissais s'installer à mes côtés, mes mains posé de part et d'autre de ma robe. J'étais bien là, avec lui, il me sembla que cet homme était digne de confiance.

-Vous avez raison. Les personnes ici ne veulent qu'être vus par la reine et par le roi...Sauf qu'ils en on que faire...C'est vrais...

Je me mis à rire un peu en repensant à un souvenir récent.

-Avec Louis, nous en avons discuté hier, nous riions de Madame de Solange, je doute que vous la connaissez, elle veut tellement être à mes côtés qu'elle achète les memes choses que moi...Mais dans un vendeur bon marché, sa coiffe, hier, est tombé en plein diner! 

Je fus surprise...J'avais parle de moi, en tant que Marie-Antoinette, je lui fis les gros yeux.

-Désolé...Je suis sortie de mlon rôle...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mar 10 Mar - 7:23

Son refus de m'en dire plus ne m'étonna pas, et je respectai ce choix sans insister. J'éprouvais vraiment de la compassion pour la jeune reine. Ce devait être horrible d'avoir son destin tout tracé dès sa naissance, sans pouvoir rien y changer. Je me rendais enfin compte de ma chance, celle d'être né libre de mes actes et de mon destins, même si la liberté n'était pas assez grande pour certains révolutionnaires. Moi, je m'en moquais que ce soit une assemblée ou un roi qui nous gouverne du moment que je pouvais agir tranquillement sans qu'on ne m'ennuie trop. L'anecdote m'extirpa de mes pensées et me fit même rire de bonne foi. J'imaginais déjà la scène et les répercussions qu'elle aurait pour la pauvre femme. Comme l'ambition pouvait pousser les courtisans à accomplir les pires actes. Je n'avais pas fait attention qu'elle ait quitté son rôle lors de cette histoire, et je ne l'aurais pas remarqué si elle ne l'avait pas pointé.

- Si vous le préférez, alors qu'il en soit ainsi !

Je voulus continuer sur ma lancée, mais je me retins au dernier moment. Devais-je lui révéler qui j'étais réellement ? Il en était hors de question ! Pourtant, j'avais l'impression que je pouvais tout lui dire sans pour autant en être inquiété. Comment réagirait-elle face à cette nouvelle information ? Aurait-elle peur que je lui fasse du mal, que je ne sois qu'un pauvre espion ? C'était presque ce que j'étais, mais je ne m'étais rendu à Versailles que pour mon plaisir personnel et non pas pur accomplir une mission quelconque. Je me "réveillai" au bout de quelques instants. M'étais-je perdu longtemps dans mes pensées ? J'espérais que la jeune femme ne l'avait pas remarqué ... Je ne pouvait donner aucune anecdote amusante de ce style, du moins, pas une qui plaise à la reine. Bien sûr que je connaissais des histoires drôles, j'en avais déjà vu passer des phénomènes dans mon café ! Mais je ne pouvais en donner une sans risquer de me dévoiler.

- Où va le monde ? Regardez, je n'ai rien fait pour vous plaire et pourtant ! Je ne vois vraiment pas ce qu'il y a de difficile à cela ... dis-je ironiquement en souriant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mar 10 Mar - 7:32

Il fallait croire que d'avoir quitter mon rôle n'avait pas inquiété mon compagnon. Je le vis alors perdu dans ses pensée. Je le laisser faire, parfois, nous en avions besoin parfois, d'être seul dans nos pensées. Je sais qu'en tant que reine, j'étais jamais seul extérieurement alors qu'intérieurement, je rêvais d'avoir un compagnon de route...J'aimais la nature, les grands paysage et le soleil sous mes doigts pourtant, Louis n'étais pas de mon avis: Les grand ballade à cheval ,très peu pour lui, il préfère la chasse et ses serrures... 

Je le regardais alors me raconter avec ironie qui me plaisa énormément, alors, je m'approchai de lui doucement, comme pour lui dire un secret, souriant malicieusement.

-Oh vous savez monsieur...voilà qui est difficile à faire de me plaire quand on joue un rôle en permanence. Vous, vous m'avez amusé dès le début à être vous même, même si en soit, vous jouez un rôle au moment où nous parlons.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mer 11 Mar - 3:51

Je le regardai s'approcher, l'air de rien, et écoutai attentivement sa remarque. J'étais d'accord avec elle en tout point. Je ne voyais pas comment l'on pouvait plaire en affichant le visage d'un autre, du moins en permanence ! Je ne le faisais qu'occasionnellement mais me présentais à chaque fois sous mon vrai visage et avec ma véritable identité. Il fallait dire que je me plaisais à être connu et reconnu par ceux que je croisais, qu'ils puissent me trouver ou me demander à toute heure et qu'ils sachent à qui j'avais à faire. Cependant, la fin de sa phrase m'envahit d'un doute. Se doutait-elle que je n'étais pas celui que je prétendais ? Je le regardai avec un air suspicieux et dis avec une voix moins assurée que je l'aurais souhaitée :

- Bien sûr que je joue un rôle, celui que nous avons défini ensemble. Dans le jeu, je ne suis que Jean-Baptiste Varmont ... Et j'ai décidé que mon personnage serait le plus naturel possible et ne se soucierait pas de l'image qu'il peut donner de lui. Mais la personne que je suis réellement est bien différente ...

Si elle savait que je lui avais menti quant à ma présence ici, comment réagirait-elle ? Je ne voulais lui avouer, ç'aurait été une très mauvaise idée et ce n'était certainement pas prudent. J'espérais cependant qu'elle ne me poserait pas de questions auxquelles je serais bien obligé de répondre avec sincérité si je ne voulais pas me perdre dans le dédale de mes mensonges. D'une part, mon coeur me disait qu'elle ne m'en voudrait pas et que jamais elle n'utiliserait contre moi ces informations. Mais d'un autre côté, ma raison me donnait un avis totalement opposé et sonnait l'alarme dans ma tête comme le tocsin d'une erreur imminente. Je ne connaissais la reine que depuis quelques minutes, alors autant ne pas tirer de conclusions hâtives quant à ses intentions.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mer 11 Mar - 20:26

Je fus surprise quand celui ci m'indiqua qu'il jouait un rôle. Oui, je le savais et moi aussi malgré le fait que ce que je venais de dire là, je le pensais réellement. Je lui fis un petit sourire comme pour lui montré mon embaras.

-Moi aussi je jouait un rôle dans ce que je vous disais il y a quelque secndes, même si en soit, ce que je disais là, je le pense réellement. Votre rôle est parfait monsieur de Varmont.

Je le regardai, ainsi il se souciait de son image? Je pense comme tout le monde ici, moi-même je m'en souciais. En tant que reine de France j'avais le devoir d'être majestueuse, de ne jamais flanché même à la mort d'un de mes enfants...Mais parfois, cette fièrté n'était qu'un fardeau.

-Monsieur...Qui ne se soucie pas de son image ici? Personne ne vous dira le contraire. 

Je laissais un silence s'installer entre nous avant de pousser un soupir.

-Reprenons notre jeu...Vous me divertissez...Cela manque à Versailles... Voulez-vous?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Sam 14 Mar - 9:17

"Qui ne se soucie pas son image ?". Pas moi, certainement. Chacun, aussi bien pour les gens du peuples que pour ces pédants de Versailles, essayait de plaire et de renvoyer une image de soi aux autres afin d'attirer leur admiration, respect, pitié parfois. Pas exemple, j'avais entendu dire que les dizaines d'estropiés que l'on rencontrait dans les rues parisiennes de l'étaient pas vraiment, qu'ils jouaient des rôles de mourants afin d'apitoyer les passants qui leur donnait parfois un ou deux sous. A la nuit tombée, ils retrouvaient l'usage de leurs membres invalides pendant la journée et se rassemblaient dans un lieu que l'on nommait "la cour des miracles". De simples légendes urbaines, bien entendu !
A la demande de la reine, je me dus d'endosser à nouveau la personnage de Varmont que je commençais à apprécier. Il n'était pas dans mes habitudes de porter de tels masques, mais la situation me l'imposait. Et puisqu'il semblait convenir à ma spectatrice, autant continuer sur cette voie. J'esquissai un sourire et prenant un grand soupire, me levai d'un bon, recouvrant soudainement ma vitalité et ayant enfui mes réflexions au fond de mon esprit.

- Bien ! Puis-je vous raconter la fois où j'ai vaincu une arlésienne à moi seul ? (Avez-vous remarqué que la plupart des courtisans ont tendance à grossir leurs exploits ? Ils parviennent à transformer un simple fait banal en un acte héroïque et sans précédent, c'est fou !)

Je regardai autour de moi, gagnant du temps pour élaborer une histoire qui tienne la route. Mes yeux se prosèrent sur un bâton sinueux à moitié caché par la dense végétation qui camouflait l'entrée de la grotte. Il me servirait d'épée, et voilà que je brandissais mon "arme" face à des ennemis invisibles, fendants l'air pour tenter d'abattre ces fantômes tout en contant le récit de cette bataille que Varmont avait soi-disant remporté "sans qu'il ne fasse même blessé. Pourtant, la situation était plus que désespérée ...". J'essayais de rendre mon combat solitaire assez réaliste tout en ajoutant un certain humour dans des moments cruciaux, faisant quelques commentaires qui s'éloignaient quelque peu de mon histoire mais qui détendait l'atmosphère. Plusieurs minutes passèrent et mon récit prit bientôt fin. Je me rassis sur le banc, ésouflé par tant de mouvements et de parades d'escrime.

- Dieu, qu'il est épuisant d'être un héros ! Dis-je avec sournoiserie et en cherchant mon souffle.

J'affichais cependant un sourire amusé qui ne me quittait que rarement. Et quand j'eus retrouvé mes esprit, je me tournai vers la jeune femme et dis avec un air de sacrifice, celui que prenait les comédiens burlesques losrsqu'ils parodiaient un personnage exagéré :

- Et je serais capable de battre la même armée pour vous, madame, si telle est votre volonté. Car même si vous n'êtes qu'une simple fermière, pas bien riche peut-être, vous possédez des biens que même la reine ne pourra jamais posséder : mon amitié, mon dévouement et mon cœur ! Et sachez que pour vous, j'abattrai des montagnes !

J'espérais sincèrement qu'elle ne croirait pas cette "déclaration" et qu'elle le mettrait sur le compte de Varmont auquel je venais d'ajouter le caractère de séducteur. Je souris maladroitement, une lueur malicieuse étincellant dans mon regard. Ce jeu commençait à prendre une tournure que j'appréciais de plus en plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Sam 14 Mar - 11:42

Voilà que le jeune homme me demandais s'il m'avait déjà parler d'un acte plutôt héroïque, je fus de suite amusée. Voilà ce que j'attendais d'un ami, qu'il me fasse oublié mes soucis de cours, mes obligations. Qu'on passe des journées entière à être nous ou être des gens autres que nos rangs...

-Oh non mais comptez là moi! Et en effet, les courtisans grossissent tellement de chose! 

Dis-je avec impatience. Puis, je le vis être dans son rôle d'aventuriers, il me paraissait même être un peu jalouse de cette imagination incroyable qu'il avait. J'aurais voulu vivre l'aventure qu'il me comptai à ce moment même. Etre une jeune femme jouant de sa lame à la perfection, boutant les mafrats loin de la France et de ceux qu'on aimait!  En riant, je l'applauddisai quand celui-ci s'arrêta. Il était sur que lors de notre prochain jeu, je deviendrais une pirate ou un fine lame! 

-Oh mais reprenez votre souffle, en voilà une belle aventure! J'en serais presque jalouse! 

Voilà qu'il brandissait avec fièreté une fausse déclaration, je me levai alors, riant et entrant dans son jeu, prenant alors son baton pour le lever haut dans la grotte.

-Et sachez monsieur, que j'apprendrais la lame pour vous suivres dans vos aventures! je serais votre ombre!

Dis-je en riant
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 31

Date d'inscription : 28/12/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Mar 17 Mar - 6:56

J'étais ravi que la princesse se prêta au jeu et me désarmant sans le moindre mal de mon épée de fortune, la voilà qu'elle la brandissait telle un sabre au dessus de sa tête. Je me relevai et rigolai faiblement, honoré par l'annonce qu'elle venait de faire à Varmont.

- Avec une telle coéquipière, personne n'oserait s'en prendre à nous, j'en suis certain !

Me relevant d'un bon, je cherchai des yeux un autre bout de bois, et fus contraint à faire un ou deux pas hors de la petite caverne afin d'en trouver un à ma convenance. Il était beaucoup plus petit que ma précédente arme, aurait pu passer mon un long poignard s'il était composé d'acier poli. Je retournai rapidement dans la cavité et prenant de fermes appuis sur mes jambes, je dis sur un ton de défi et d'amusement, tendant mon bout de bois face à mon adversaire :

- En garde, Madame !

Je ne savais pas me battre et jamais je n'avais eu le malheur d'être provoqué en duel. Effectivement, je ne savais manier l'épée, mais je savais me défendre avec un poignard (d'où mon aisance avec le petit morceau de bois) et pouvais viser une cible éloigner avec une carabine. Cependant, il ne fallait pas prendre ce combat factice au sérieux. Aussi ne dévoilerais-je pas mes dons, certes rares, en matière d'escrime. Je fis un pas vers l'avant, bâton pointé en avant. L'attaque était assez lente et n'avait pas pour but de blesser ou même toucher la jeune reine, mais bien de savoir de quoi elle était capable. Mon bâton heurta le sien dans un bruit mat et je souris en attendant la suite du duel. L'escrime faisait-elle parti de l'enseignement des jeunes femmes à la Cour d'Autriche ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 20

Date d'inscription : 20/09/2014


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   Sam 18 Avr - 2:12

Quand je vis le jeune homme partir chercher un nouvea morceau de bois, je lme mis à rire doucement. M'amusant à imaginer un moment si les courtisants me voyait, moi, la reine de France, avec un bâton à la main, me battant avec un inconnu, ce n'était vriament pas convenable mis au diable les bonnes manières!
-Me mettez vous au défis monsieur?
Le voyant se mettre en position d'escrime, j'eu un sourire et commença alors à me "battre".Je ne connaissais point les règles de combat, on ne m'avait pas appris cet art. Je tapais doucement sr le baton de mon adversaire à mon tour, le bruit fut le même qu'auparavant. Puis, après un mauvais coup, je fis tomber mon bateau. De ce fait, je levais mes bras en l'air.
-Je capitule monsieur! Vous êtes bien plus fort que moi! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Ciel, les Oiseaux et Moi! |Dossonville|
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le ciel, les oiseaux, les pirates.
» Entre Ciel et Terre [pv Nuage d'Or et Nuage Enneigé]
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Septième ciel
» [Ruelles] Balade matinale sans Sebastian [PV: Ciel Phantomhive & Atsuka Lyako]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember the past :: Flood :: Oubliettes :: RP-
Sauter vers: