La révolution est proche. Revenez en 1789 et réécrivez l'Histoire.
 

Partagez | 
 

 Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
AuteurMessage
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Dim 3 Aoû - 4:01

Je me baladais dans les rues, essayant désespérément de me frayer un chemin parmi la foule jusqu'à mon habitation. Mais avec le ciel qui se couvrait et les centaines de personnes se pressant dans les rues afin d'aller chercher telle ou telle chose avant la tempête, se déplacer était loin d'être une partie de plaisir. Quand enfin la foule se fit moins dense, je repris ma respiration avant de poursuivre ma route. Je montai la ruelle qui menait à chez moi, il ne me restait que quelques mètres à parcourir mais ... Une porte s'ouvrit violemment devant moi et j'évitai de justesse l'homme imposant qui en sortit. En revanche, je n'eus pas assez d'agilité pour esquiver celui qui descendait la rue et que je percutai de plein fouet. Je perdis l'équilibre et tombai sur les pavés humides de la rue, et sur lesquels se déversèrent également plusieurs feuilles de papier qui ne m'appartenaient pas. Je m'empressai de m'excuser et commençai à rassembler les papiers. Sur tous étaient noté le nom de leur propriétaire : Maximilien de Robespierre. J'étais persuadée d'avoir déjà entendu ce nom, mais où ? Je relevai les yeux sur l'inconnu et découvris un homme de la trentaine qui me regardait avec étonnement. Je lui rendis ce qui lui appartenait et son visage ne fit que confirmer cette impression de déjà vu. Je m'excusai à nouveau, un peu confuse et fouillant ma mémoire à la recherche d'indice sur le lieu où je l'avais rencontrer. Je repris ma route mais après quelques mètres, je sus qui il était : il était député du Tiers Etat aux Etats généraux et je devais l'avoir vu à la procession qui s'était déroulée quelques jours auparavant à Versailles. Je me retournai et rejoint le jeune en l'appelant :

- Excusez-moi, j'ai vraiment été impolie. Puis-je vous offrir un verre pour me racheter ? J'insiste !

Je lui souris gentiment, espérant qu'il accepte ma proposition. Je profiterais de cet entretien pour lui parler de mes intentions et envies concernant les révoltes qui secouaient la France, ainsi que ma volonté d'agir. Je ne voulais pas me rendre chez moi et décidai donc de prendre la route du café de Foy, tout aussi près. J'attendis tout de même sa réponse pour m'y rendre. J'ajoutai :

- Au fait, je me nomme Théroigne, Théroigne de Méricourt.


Dernière édition par Théroigne de Méricourt le Mar 21 Juil - 6:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Dim 3 Aoû - 10:59

Voilà que j'étais fort débordé ces jours-ci, les Etat-Généraux s'étaient déroulés il y a quelque jours et nous croulions sous les documents officiel et autre commodités.  Forte heureusement, nous ne nous en plaignions pas car il en devait de l'avenir de la France, donc, de notre avenir. Quelque avis divergeaient mais, dans l'ensemble, nous étions tous d'accord sur le fait que la France devait changer de régime et moi, tout démocrate que j'étais, était l'une des fortes têtes de la rébellion. 

J'avais décidé en cette matinée, d'aller travailler sur une plaidoirie, faute de ne pas réussir à travailler chez moi, j'avais décidé de me diriger vers le café de Foy, au bout de la rue, pour étudier ces documents.  Seulement, je n'avais pas prévu qu'un tel temps allait pointer le bout de son nez, la pluie fit rage alors que je venait de sortir de chez moi, humidifiant mes papiers. Le vent, ce joueur, fit valser mes précieuses feuilles plus loin sur le trottoir, fort heureusement, je pu les rattraper très vite, pourtant, une jeune femme ne tarda pas de me bousculer, les faisant tombé à nouveau. 

Je fus surprise de voir cette jeune femme -mouillée jusqu'au os- ramasser mes textes. Je les prit une fois qu'elle les ai ramassé.

-Merci...

Hélas, je n'ai pu dire un mot de plus qu'elle était déjà loin, "voilà une jeune femme étrange" avais-je pensé. Cependant, elle revint sur ses pas et me demanda de boire un verre.

-Avec plaisir, je me rendais justement au café du foy pour y travailler! 

Je lui fit un sourire alors que celle-ci se présentait, non, elle m'était inconnue. Peut-être l’avais-je croisé pendant le cortège des états-généraux, mais je voyais tellement de visage passé en ce moment qu'il m'était difficile de tous les mémoriser.

-Et moi, je me nomme Maximilien de Robespierre, enchanté de faire votre connaissance. Je suis très impoli, pardonnez-moi mais, ayant les mains prises, pourrais-je vous faire un baise-main une fois à l’intérieur de l'habitacle, au chaud et les mains libre? 
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Lun 4 Aoû - 5:44

Heureusement, l'homme accepta mon invitation et se présenta à son tour. En revanche, je fus surprise lorsqu'il me proposa de me baiser la main en guise de salutation. Je souris et dis sur le ton de l'humour :

- Ce n'est pas la peine, des salutations orales suffisent ! Nous ne sommes point à Versailles pardi !

Je me mis en route pour le café de Foy, suivie de près par le jeune homme. Le café protégeait de nombreuses personnes du mauvais temps, mais il restait encore quelques places assises. Je nous choisis une place sur une table à côté de la fenêtre et en regardant par celle-ci, je me rendis enfin compte de la quantité d'eau qui s'abattait dans les rues. J'essorai mes cheveux tant bien que mal et essayai de faire abstraction de mes vêtements trempés qui rendaient chaque mouvement particulièrement désagréables. Je demandai à mon invité ce qu'il souhaitait boire, mettant l'accent sur le fait que j'invitais, et choisis pour ma part une boisson chaude, afin de faire cesser ces frissons qui parcouraient mon corps. Quand les commandes arrivèrent, je bus plusieurs gorgée de la boisson pour pouvoir dé-serrer les dents, et ainsi engager la conversation.

- Monsieur Robespierre, si je vous ai invité en ces lieux, en plus d'acheter mon pardon, c'était pour vous parler de mes ambitions. J'aimerais vous aider de quelque manière que ce fusse à décider du destin de la France. Croyez-moi, si j'avais pu me présenter comme candidate aux Etats Généraux, je l'aurais fait sans hésiter. Mais je ne doute fort que les organisateurs eussent accepté. J'aimerais tellement faire quelque chose.

Il n'avait aucune raison de m'accorder son aide, il venait de me rencontrer après tout ! Mais j'espérais que mes charmes pourraient faire effet. Afin d'appuyer mes arguments, j'ajoutai :

- Le marquis de La Fayette m'a déjà offert son aide, mais aurais-je la même faveur de votre part ?

Il ne restait plus qu'à espérer qu'il ne haïssait pas La Fayette ou qu'il considère que j'avais assez d'allié à mes côtés. En attendant sa réponse, je bus encore plusieurs gorgée du liquide chaud, dont je ne connaissait même pas le nom.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Lun 4 Aoû - 6:06

Je fus surpris et vite remit à ma place après son air moqueur. C'était une simple formalité ce baise main et je connaissais beaucoup de femmes qui espérait avoir un baise-main de la part d'un homme. J'eu un faible sourire au coin des lèvres, elle était donc différente des autres? Je connaissais si peu de personne ayant eu ce comportement! 

Je partis alors avec elle sans dire un mot, puis, dans le café, j'eu un sourire tant la chaleur enveloppait mon coeur, j'étais si content de sentir la chaleur près de moi. On s'installa à une table, au fond du café et je commandais une boisson chaude aussi, un chocolat, c'était cette boisson que les Grands de Versailles raffolaient, pour moi, ce n'était que du chocolat en poudre avec du lait chaud, une bonne raison de se réchauffer!  Quand la demoiselle commença à parler, je fus surpris de ses propos, il y avait très peu de femme dans notre groupe -voir aucune- .

-Je vois...Madame, nous parlons sans cesse avec mes compagnons du destin de la France, nous avons tous des idées qui se rejoignent ou non. Je serais très curieux de savoir vos idées,sachez que je suis tout ouïe aux idées du peuple de la France qu'il soit hommes, femmes, noble, bourgeois paysans. 

Une fois avoir reçu nos boissons, je pris ma tasse et en bu une gorgée alors qu'elle me contait être en contact avec Lafayette. Décidément, j'étais de plus en plus surpris par cette Théroigne! 

-Comme je vous le dis, il n'y a aucun soucis, je suis ouvert à toutes idées et argument, pour ma part, ensuite, en parler à mes compagnons est une tout autre chose...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Lun 4 Aoû - 7:00

Contrairement à ce que je m'attendais, Robespierre m'invita à poursuivre et à exposer mon point de vue, ce qui me surpris autant que me réjouit. Je lui donnai donc mon envie d'agir, de cesser de rester les bras croiser et de subir les décisions des plus riches. Je lui expliquai également la discussion que j'avais eu avec La Fayette, quelques semaines auparavant et son souhait de me voir entouré de personnes comme Robespierre, prêtes à défendre leurs idées. Je conclus mon monologue par cette phrase :

- Quant à ce que vous vous fassiez entendre parmi les nombreux députés, je suis sûre que vous devez être un brillant orateur ! Je mettrais ma main à couper que vous ferez un formidable député et que vous pourriez même diriger seul la France !

J'éclatai de rire. Ce n'était évidemment qu'une plaisanterie, mais si cela pouvait le motiver à défendre ses idées ! Je plaisantai encore quelques temps avec mon interlocuteur mais je tombai bientôt à cours de sujet de discussion. Que dire à un homme dont je ne connaissais rien excepté le nom et la profession ? Je regardai dehors et remarquai pour mon plus grand désarroi que la pluie n'avait pas perdu en intensité. De plus en plus de monde se pressait dans le café, réclamait une boisson pour les réchauffer ou tout simplement pour étancher leur soif. Une bande de nobles se réfugia à l'abri et se pressa au bar. Leur perruques trempées ressemblaient d'avantages à des chiens tombés dans un étang qu'à une coiffe. Je souris à cette vision et reportai mon attention sur mon interlocuteur. Je trouvai enfin une seconde question à lui poser, car il me fallait en connaître d'avantage sur mon nouvel allié :

- D'où venez-vous Monsieur le député ? Des hommes de toutes la France ont convergé à Paris donc il m'est impossible de savoir de quel coin de l'hexagone vous provenez. Pourtant, je suis certaine que vous ne venez pas d'ici. Je me trompe ?

La joie d'avoir trouvé un allié fut vite remplacée par la curiosité et la malice. J'aurais voulu tout savoir sur lui : où il habitait, quand il allait à Versailles, s'il était marié ... Mais je ne voulais pas presser trop les choses. Et de toute façon, je finirais bien par en découvrir d'avantage sur cet individu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Lun 4 Aoû - 7:17

J'étais très intéressé  par mon interlocutrice, elle savait manier la langue et les arguments à la perfection, cela ne m'aurait pas surpris qu'une tel dame soit de notre côté. Après avoir bu ma tasse de chocolat et qu'elle conclut son monologue qui fut très intéressant. Je fus touché par ses mots mais point naïf, si elle me disait tous ces compliments c'était pour avoir encore plus ma sympathie. Certes, j'étais flatter par ses mots mais en aucun cas je n'étais le genre d'homme avec lequel il fallait complimenté pour avoir mon accord.  

-Sachez, madame, que vous je n'ai point besoin de vos flatteries -certes qui me font plaisir- pour que je vous aide. Vous m'aviez convaincue bien avant vos compliments.  Je suis un bon orateur comme le dise mes compagnons et...Bon sang, gouverner la France?


J'en rit, elle était drôle en plus d'avoir les mêmes visions que moi. Je portais son intention sur les nobles qui venaient d'arriver au café,riant discrètement de leurs dégaines je me reprit vite en voyant la jeune femme revenir à moi. Je remis ma veste correctement, un frisson me parcourant. 

- Je viens d'Arras, dans le Nord de la France, mais je suis arrivé à Paris jeune, étant au Louis-Le -Grand. Je suis repartis pendant quelque année à Arras pour le travail, devenant avocat. Je suis revenu ici pour devenir Député. 


J'étais très fier de mon parcours scolaire et professionnel. Regardant ma tasse, je compris que plus rien n'allait me réchauffé, me renfrognant dans mon manteau rouge, je l'a regardait


-Et vous? Je ne vous connais pas mais vous m'intriguer. Très peu de femme ose m'aborder en pleine rue pour étaler leur désir de Révolution.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mar 5 Aoû - 7:18

Le jeune homme m'expliqua qu'il avait fait plusieurs voyages entre Arras, sa ville natale, et la capitale, soit pour des raisons professionnelles ou familiales. Qu'il ait étudié à Louis-le-Grand m'impressionna car j'avais entendu dire que beaucoup d'avocats en sortaient. Mais quand il me demanda pourquoi je voulais tellement me révolter, je ne pus m'empêcher de sourire.

- J'habite ici depuis très peu de temps, quelques mois à peine. Il est donc normal que vous ne m'ayez jamais vue ... Voyez vous, j'ai déjà vécu en Hollande, en Angleterre et en Italie, avant de me lancer sur les routes de France. Ces pays ont beau être différents, je fus traité partout de la même manière : comme une vulgaire marionnette à qui l'on ne demande pas son avis et à qui l'on peut faire subir n'importe quoi. Domestique, agricultrice, chanteuse, chacun des métiers que j'exerçais pourtant dépendaient d'une autre personne, et je ne pouvais le supporter. Alors, comprenez que lorsque j'ai eu part de la convocation des Etats Généraux, j'ai voulus vivre pour moi et indépendamment des autres, être quelqu'un .

Ces nouvelles informations, brides de mon passé, dévoilait à mon nouvel allié de quoi méditer un moment. Il aurait certainement compris que la Révolution était inévitable, sauf par un acte relevant du miracle de la part des députés. La Fayette pensait qu'une alliance serait possible entre les différents ordres. Mais il n'y avait rien à faire : les pauvres seraient toujours pauvres, et les riches  seront toujours riches. Il était temps d'inverser les rôles, de leur prouver que sans le peuple, ils ne seraient rien. Mais je ne voulais pas aborder le sujet de la force et des rébellions devant un député, qui préférait certainement la plume à l'épée. On dit souvent que la violence ne mène à rien mais le pacifisme n'a pas encore donné de résultats satisfaisant. Cependant, je voulais laisser une chance aux Etats Généraux. Dehors, la pluie c'était calmée mais le café de ne désemplissait pas pour autant. Les nobles qui étaient entré un petit peu plus tôt semblaient déjà bien saouls et ne tarderait pas à être ivres morts s'ils continuaient ainsi à enchaîner les verres d'alcool. Je finis mon verre et constatai avec désarroi que son effet de chaleur n'avait duré qu'un court instant. Je grelottai avant de me faire pousser par un homme imposant cherchant à passer de l'autre côté. Il y avait décidément trop de monde de cet endroit, et il devenait presque difficile de s'entendre parler avec les conversations et les rires qui fusaient de tout les côtés.

- Que diriez vous d'aller dans un endroit plus calme ? La promiscuité devient insupportable. Préférez-vous venir chez moi ou bien rentrer dans votre demeure. Je ne sais pas où vous habitez et donc incapable de dire quelle habitation est la plus proche. Il serait plus judicieux de rentrer, histoire de nous réchauffer un petit peu.

Dehors, il pleuvait toujours mais beaucoup moins qu'auparavant, à peines quelques gouttes. Je mourais d'envie de savoir où il vivait, mais je ne pouvais m'inviter chez lui par politesse. Je sortis de ma poche quelques pièces et les laissai bien en évidence sur la table, de sorte que le propriétaire ne les chercha pas trop ardemment.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mar 5 Aoû - 8:46

Je regardais le demoiselle qui s’expliquait sur sa personne, je lui fit un sourire. Je savais déjà l'un de ses problème: Elle était une femme. Cependant, j'étais très impressionné par tous ces pays qu'elle avait visité.

-Mais alors, êtes-vous Hollandaise? Française? Cela m'intrigue beaucoup, du moins, je ne veux point être trop indiscret et, voyez-vous, l'un des problème principale que vous avez est bien un mal que j'aimerais résoudre: Il n'y a point de place pour gente féminine, que ce soit dans la politique, dans le travail...J'aimerais changé cela, avoir une égalité entre tous les hommes car , selon moi, tous les hommes naissent libre et égaux alors leurs droits doivent ^^être égaux. 

Je l'a regardait quand elle me demanda de partir d'ici. A vrais ,je n'avais pas vraiment regarder ce qui se passait entre nous, certes, j'entendais beaucoup de chose, des paroles un peu plus forte que d'habitude et quand je regardais autour de nous, je fus surpris.

-Oh, oui bien sûre, que diriez-vous de venir chez moi? Je vous ferez un feu pour vous réchauffer ainsi que boire et manger.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mar 5 Aoû - 23:10

Quand il me proposa d'aller chez lui, je jubilai et ne pus m'empêcher de sourire. Je me levai et me frayai un chemin à travers les différents clients du café, et repris seulement ma respiration lorsque je fus sortie. Il ne pleuvait plus mais l'air restait froid et humide, et le vent n'arrangeait rien. Maximilien passa devant et je le suivis, m'efforçant d'éviter les nombreuses flaques qui rendaient la route difficilement praticable. Mais après quelques minutes à peine, mes pieds étaient déjà trempés. Pour me changer les idées, je répondis enfin à la question que le jeune homme m'avait posée au café, mais à laquelle je n'avais eu le temps de répondre :

- A vrai dire, je suis née à Liège, non loin de la France et appartenant actuellement à la Prusse. On pourrait donc dire aue je suis prussienne par définition, même si je n'ai jamais parlé Allemand de ma vie (je souris). Mais j'aurais assurément préféré être Française, bien que la nationalité importe peu ...

Mes origines liégeois avaient laissé pour trace ce stupide accent, peu audible, mais que je m'efforçais de faire disparaître. Il n'y avait que quelques personnes qui le remarquaient mais je ne cessais de me fixer sur ce défaut de language, comme si chacun me le reprochait. Je réfléchis quelques secondes pour savoir si j'avais répondu à toutes ses questions et il me semblait que oui. Qu'avait-il dit avant de quitter le café de Foy ? " tous les hommes naissent libre et égaux alors leurs droits doivent être égaux". J'aimais beaucoup cette phrase, elle me rappelait un livre de Rousseau, il devait certainement l'avoir lu.

"Connaissez-vous Jean Jacques Rousseau ?"

Cette question était sortie toute seule, mais j'aurais tout de même souhaité en connaître la réponse. S'il ne le connaissait pas, il descendrait certainement dans mon estime, même s'il fallait avouer que peu de personnes avaient lu les livres de ces philosophes. Et dans certains cas, en présence de personnes bien particulière, il valait mieux ne pas se vanter de les avoir lu et apprécié. La pluie recommença à tomber faiblement et je pressai le pas, m'efforçant de retenir l'itinéraire jusqu'à la demeure du député.blockquote>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mer 6 Aoû - 4:29

Les rues de Paris étaient très humides et remplies de flaque d'eau, je devais faire attention pour ne pas tomber dans l'une d'entre elles. Le ciel osait encore faire tombé quelque gouttes froides le long de ma nuque. J'en frissonnais. 

On arriva très vite chez moi, laissant tout d'abord entré mon invité. Après la porte fermé, j'allais allumer un feu, l’invitant à s'asseoir en face, puis, je mis une couverture sur elle pour qu'elle se réchauffe un peu plus. 

Suite à mes gestes, je m'installais près d'elle, me remémorant ces dernières phrase, alors que nous étions dans la rue.

-J'aime beaucoup Liège, je trouve cette ville très accueillante. Et si vous avez honte de ne parlé que Français, sachez que notre langue est la plus parler au monde, nous devons en être fier. 

J'attisais le feu quand j'eu un autre sourire, sa dernière question m'avait fait trouver de vieux souvenir.

-Oui, je connais monsieur Rousseau, enfin, je l'eu connu. Ma première rencontre avec lui date de 1775, puis, nous nous sommes souvent entretenu depuis sa mort. Parfois, nous allions en forêt ensemble y passer l'après-midi, il y trouvait de nouvelles fleurs pour son herbier. 

J’enlevais ma veste qui était trop humide à mon gout.

-J'ai beaucoup de sympathie pour cet homme et j'avoue que certaines de mes idées en politique vienne de lui, nous avons certaines vision de la France et de la société semblables. Malheureusement, selon mes collègues, c'est une bête noire de ma personnalité qui, eux, préfère Voltaire. Je ne dis pas que celui-ci n'a que de mauvaises idées, au contraire, je pense qu'il faut prendre un peu de chaque  personnes pour pouvoir redorer la France et ainsi en faire un pays guérit des dettes et des guerres. Bien sûre, Rousseau était un idéaliste, un utopiste, toutes ses idées ne peuvent être appliqué.  
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mer 6 Aoû - 7:47

Nous arrivâmes chez Maximilien : une demeure modeste mais chaleureuse, assez pour deux passants trempés en quête de chaleur. Le jeune homme se comporta en véritable gentleman, mettant à ma disposition une couverture et un bon feu, ainsi qu'une chaise pour m'y camper. Je m'essuyai légèrement et regardai crépiter le feu quelques instants comme hypnotisée. La voix de mon hôte me tira de mes pensées. Il me conta qu'il avait connu Rousseau en personne, avait déjà parlé avec lui et partagé leurs idées. J'écarquillai les yeux, très impressionnée. J'avais posé cette question innocemment et voilà que je me retrouvais en présence d'une des connaissance d'un de mes auteurs fétiches. Je commençais vraiment à apprécier ce Robespierre ! Je fus assez surprise d'apprendre que les députés préféraient Voltaire. Car bien qu'il fut également un grand philosophe, je ne comprenais pas son point de vue sur certains sujets. Alors que Rousseau était plus ... idéaliste, c'était le mot.

- Vous êtes un homme bon et ambitieux, Maximilien. La France aurait besoin de plus d'homme comme vous.

Je le regardai dans les yeux et lui souris. Les choses changeraient avec un homme comme lui, j'en étais persuadée. Je ne savais que dire d'autre, tout était dit. Je plaçais beaucoup d'espoir en lui. J'aurais tellement aimé le soutenir devant les autres députés, leur dire de l'écouter. Mais j'en avais l'incapacité ... hélas.

- Merci, finis-je par dire après un long silence. Merci pour votre écoute, votre compréhension, votre ... Merci pour tout.

Je me le devais de lui dire, il avait été si gentil avec moi. Je m'en serais voulue de ne pas lui avoir dit avant de partir, et puisque le moment semblait propice. Une fois de plus, un petit sourire au lèvre, je retournai à la contemplation des flammes dansant dans la cheminée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mer 6 Aoû - 8:23

Je commençais à me réchauffais petit à petit grâce au feu de la cheminée, j'avais eu la remarquable idée de faire ce feu, sans quoi nous aurions été trempé, mes vêtements séchaient petit à petit, il était certain que le lendemain, un rhume ferait son apparition. Je regardais mon hôte en souriant à ses flatteries.

-Oh vous savez, nous voulons tous gouverner la France, nous, députés, mais tout d'abord, nous voudrions la séparation des pouvoirs et avoir au moins le clergés avec nous, certains sont tout à fait d'accord pour se lié à nos ambitions mais le poids de 10 clercs ne vaut rien comparé à 50 nobles...Et c'est bien malheureux! 

Quand elle commença à me remercié, je savais que mes joues avaient rosis, c'était là un de mes défaut, j'étais un vrais orateur mais un mauvais hommes quand il s'agissait d'être avec les dames. Je rougissait toujours quand elles dansaient devant, quand elles me parlaient et me flattaient. Je me raclais la gorge.

-C'est tout à fait normal, je n'allais pas vous laisser dehors, trempée. A propos, voulez-vous une tasse de boisson chaude?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mer 6 Aoû - 19:38

Je ne pus m'empêcher de remarquer la gène que mes remerciements avaient provoqué chez le jeune homme. Il semblait beaucoup plus doué pour exposer ses idéaux que pour parler avec les femmes de sentiments. Je m'esclaffai :

- C'est moi qui vous ai sauvé de la pluie tout à l'heure ! Et vous ne m'auriez pas laissé à la rue puisque ma maison ne se situait qu'à deux pas du café. Vous pourrez venir me rendre visite quand vous le souhaitez, ma porte est grande ouverte.

Quand il me proposa de boire quelque chose, je me levai et décidai de préparer moi-même les boissons. Mes habits étaient presque secs et j'avais besoin de bouger et de m'occuper à quelque chose pour ne pas m'endormir, la chaleur me donnant envie de somnoler.

- Laissez, je me charge de tout. J'insiste.

Je dus insister encore quelques temps mais fini par convaincre mon hôte de me laisser faire. Je cherchai de quoi satisfaire notre soif et finis par trouver. Je fis chauffer de l'eau et en attendant, fis le tour de la pièce. Une imposante bibliothèque surplombait la demeure, remplie de livres en tout genre mais essentiellement de droit. Je ne pus m'empêcher de remarquer les différents ouvrages de Rousseau, dont certains que j'avais lu. J'esquissai un sourire avant de me rendre près de la table, faisant office de bureau, et recouverte de manuscrits. La plupart des textes n'étaient pas signé, ou simplement paraphé MR pour le nom de mon hôte. En revanche, d'autres étaient signés "Camille Desmoulins", et l'écriture semblait différente de celle de Maximilien. Je me retournai vers Robespierre en lui montrant les papiers :

- Qui est Camille Des moulins ? Si je peux savoir, évidemment ...

Était-ce une jeune femme ? L'amante du député ? C'était drôle, je l'imaginais célibataire. Ou bien un simple ami ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Mer 6 Aoû - 20:57

Ma gêne était si voyante que ça? Voilà que je comprenais que je n'étais pas très bon pour cacher mes ressentis. Quand elle me dit que je pouvais aller chez elle quand je le voulais, j'esquissais un sourire.

-Vous êtes bien bonne madame, je croule sur les papiers, comme vous pouvez le voir, mais sachez que si le temps me le permet, je viendrais, votre compagnie m'est fort agréable.

Je capitulais après avoir tant essayé d'avoir le dernier mot pour faire les boissons. Pour moi, c'était au maître de maison de le faire. Elle était mon hôte , de plus, si certains disait que c'était aux femmes de faire toutes les tâches de la maison, pour moi, nous devions les faire tous les deux. Après un soupire, je l'a regardais.

-Bien, faites comme chez vous...Après tout, je n'ai rien à cacher...Les casseroles sont sous lévier...

C'était vrai,  Théroigne avait les mêmes idées que moi, alors, je n'avais pas à lui refuser, même si en soi, j'aurais voulu qu'elle reste assise pour profité du feu chaud. Je regardais cependant la demoiselle qui marchait d'un endroit à un autre, je riais un peu, amusé.

-La curiosité est un vilain défaut.

J'esquissais un sourire en entendant sa question, je me levai puis rangea un peu tous les papiers éparpiller sur la table, ainsi, il y avait de la place sur la table pour leurs boissons.

-Camille est un grand ami, nous nous sommes rencontrés au collège, il est avocat et à les mêmes idéaux que moi, est lui aussi député. 

Je fus assez amusé du ton que la demoiselle avait prit, comme si elle espérait que ce soit un simple ami, j’esquissai un sourire.

-Je vous le présenterais, je suis sûr que vous vous entendriez très bien! 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 0:13

Je continuais à regarder les différents papiers qui se présentaient à moi, totalement fascinée. Mais Maximilien ne le voyait pas de cet œil-la et s'empressa de rassembler les documents, malgré moi. Je le comprenais et je devrais avoir honte d'ainsi fouiner dans des affaires qui ne m'appartenaient pas, mais je ne pouvais m'en empêcher. "La curiosité est un vilain défaut", je ne connaissais que trop ce proverbe. Quand Maximilien m'éclaira sur l'identité de Desmoulins, un sentiment étrange me parcourut. Et quand il me proposa de le rencontrer, ce fut avec joie que j'acceptai sa proposition. Je me détournai du bureau pour m'occuper des boissons. L'eau était désormais chaude mais comme je ne savais quel accompagnement y ajouter, je laissai faire mon hôte. Je débarrassai la table et rangeai les documents sur le côté, de sorte qu'ils ne soient pas trempés si une des tasses venait à se renverser. J'installai les deux chaises autour de la table et m'attardai quelques temps près du feu, histoire de me réchauffer quelque peu. Maximilien servit les boissons chaudes tandis que je m'asseyais à la table, prenant la place la plus près de la cheminée, en espérant que mon hôte ne m'en veuille pas. Je bus quelques gorgées de mon verre et je trouvais cela très bon. L'endroit était déjà beaucoup plus calme qu'au café ! Mais ce détail rendait l'absence de discussion d'autant plus pesant. Il me vint soudain une idée:

- Pourrais-je vous accompagner à Versailles la prochaine fois que vous vous y rendrez ? J'aimerais savoir à quoi ressemble les Etats Généraux.

Je souris, comme pour le persuader d'accepter ma proposition. Je me serais de toute manière rendue à Versailles, mais m'y rendre avec un compagnon serait d'autant plus distrayant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 0:22

Je me joignais à mon invité, venant m'occuper des boissons, je versais les deux tasses d'eau chaude et y ajoutais de quoi faire un thé. après avoir laissé le thé s'infuser, je posais la tasse de Théroigne devant elle en souriant puis m'installais en face d'elle. J'avais certes un peu froid mais j'aurais laissé la place près de feu à la demoiselle, je suis un gentleman, c'est la moindre des choses. 

Il pris une gorgée de ma thé en souriant, l'eau chaude coulait dans ma gorge et ça me faisais du bien. La regardant. L'atmosphère silencieuse de la maison faisait du bien après les tumultes du café, cependant, nous étions très peu bavard. 

Je fus surpris quand elle me demanda de l'accompagné la prochaine fois que j'allais à Versailles -donc le lendemain-. Je posais ma tasse chaude sur son assiette et regardais mon invité.

-Bien sûre, si vous le souhaitez, mais sachez que pars très tôt d'ici pour y rejoindre Camille Desmoulins et d'autre amis révolutionnaires, avant de rejoindre les Etats Généraux. 


J'étais de plus en plus surpris de l'ambition de cette jeune femme mais, agréablement!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 8:25

Je fus ravie lorsqu'il accepta que je l'accompagne le lendemain, je présumais. Je le remerciai avant de lui annoncer :

- Je serai là demain matin, vous n'aurez pas à m'attendre, je vous le promets.

J'espérais seulement que je ne le dérangeais pas. Après tout, il devait avoir du travail avec les Etats Généraux, des centaines de papiers à lire et écrire, pour être le plus au courant des événements marquants de la France et de ses habitants. Je bus encore une gorgée de mon verre. J'avais entendu que l'on appelait cela du thé et que les Anglais en raffolaient tout particulièrement. Je me rappelais quand j'étais encore une simple de compagnie de l'autre côté de la Manche. Ma maîtresse m'avait un jour fait goûter une boisson semblable et j'avais beaucoup de mal à croire qu'il ne s'agissait là que d'eau chaude mélangée à quelques plantes. Pourtant, le goût en était d'autant plus impressionnant. La pluie avait recommencé à tomber en grande quantité, comme si le temps sec de tout à l'heure n'avait été qu'une brève pause dont le but était d'inciter les plus naïfs à sortir, pour se faire surprendre à nouveau par des trombes d'eau. Décidée à en apprendre encore plus sur son passé, je décidai de retourner à mes questions.

- Vous avez des frères et sœurs Maximilien ?

Il aurait peut-être fallut que je le tutoie, mais j'avais trop de respect pour lui pour agir de la sorte. Et puis, le vouvoiement rendait la discussion plus formelle, terme tout à fait approprié pour deux personnes qui venaient juste de se rencontrer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 9:25

J'eu un sourire en comprenant sa détermination, elle me surprenait, décidément, de plus en plus. 

-Bien, alors je vous attendrais ici à 6 heures du matin. Avez-vous un cheval? Si ce n'est pas le cas, je vous prêterais un étalon d'un de mes amis. La route est un peu longue de Paris à Versailles pour y aller à pied. 

Un ami m'avait fait part de la recette de cette fabuleuse boisson si facile à faire et si bonne, à chaque gorgée que j’ingurgitais me faisais traversé la Manche pour aller rejoindre la famille royal d'Angleterre. Je m'étais souvent penché sur le cas politique de l'Angleterre et je devais avouer que la politique de ce pays était bien belle et semblait fonctionner, mon ami m’avait même dit que les anglais en fêter le centenaire cette année. 

Mon invité me fit revenir à la réalité avec sa question, je me surpris alors à me souvenir de chaque membres de ma famille. 

-Oui, je suis l'aîné de cinq enfants. Je suis né en 1758, puis il y a eu Charlotte, Henriette, Eulalie-Françoise et Angustin qui est mort peu de temps après sa naissance emportant ma mère avec... 


Mon regard vagabonda sur la table, j'aimais tellement ma mère, l'ayant perdu beaucoup trop jeune à mon gout, j'avais tellement prit sur moi le jour de sa mort, m'occupant de mes soeurs puis de mon grand-père qui m'avait receuilli et éduquer alors que je n'avais que six ans...Je me ressaisissait vite.


-Et vous? Connaissez-vous le bonheur d'avoir une famille nombreuse?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 22:01

Demain, 6 heures, je serais présente. De toute manière, je n'étais pas du genre lève tard et me rendre à Versailles à ces heures matinales ne me posaient aucun problème. En revanche, je fus assez surprise que nous y allions à cheval et pas en fiacre. Heureusement pour mon hôte, j'adorais l'équitation et en refaire me ferait le plus grand bien. J'avais appris à monter en Angleterre et depuis, je n'avais plus cessé d'adorer les chevaux.

- Oui, je sais monter à cheval, même si ça fait des lustres que je n'ai plus approché un cheval ... M'en fournir un serait donc fort aimable. En revanche, sans vous offenser, vous n'avez pas l'allure d'un cavalier ...

Après quelques instants, mon interlocuteur répondit à ma question concernant sa famille, et je regrettai tout de suite. Il m'expliqua que sa mère était morte en donnant naissance à un son petit frère. Malgré moi, je me sentis devenir blême car ces paroles éveillaient en moi de terrible souvenirs. A tel point que lorsqu'il me retourna la question, je ne sus que répondre. J'aurais pourtant du anticiper cette question ! J'essayai de prendre ma réponse sur le ton de l'humour, mais mon sourire camouflait ma peine. Je ne pensais plus à mon passé et essayai de l'oublier au plus vite, bien que certaines choses restent gravées à jamais dans notre mémoire.

- Les ressemblances entre nos deux familles sont troublantes ! J'étais également l'ainée et avais deux petits frères : Pierre-Joseph et Nicolas-Joseph. Ma mère ne survécu pas à la naissance de ce dernier et les deux garçons furent élevés par mon oncle, tandis que je rejoignais ma tante à Liège. A mon retour à Marcourt, mon père s'était remarié et avait déjà eu plusieurs autres enfants ... Il ne faisait plus vraiment attention à nous.

Je ne voulais donner plus de détails, les années suivantes étant les pires de ma vie : la couvent, les tâches ménagères, l'autorité et la violence de ma tante ... J'avais beaucoup souffert dans les premières années de ma vie, mais cette souffrance faisait de moi ce que j'étais désormais. Je soupirai longuement et avalai une grande gorgée de thé qui me brûla la gorge, ce qui me fit revenir au présent.

-  Il faut vivre dans le présent et ne penser au passé que lorsqu'il s'agit d'apprendre de ses erreurs, jamais pour trouver un prétexte de nous plaindre.

Sur ce, j'achevai ma tasse de thé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Jeu 7 Aoû - 22:16

Il était vrais que d'y aller en fiacre aurait été la meilleur solution, mais je préférai le cheval. J'eu un sourire à sa remarque, l'a regardant, lâchant un petit rire.

-Il est vrais que je ne suis pas très doué à cheval, mais nous irons sans doute plus vite ainsi, je suis fort content que vous accordez de l'importance à l'équitation. 

Elle commença à me répondre, finalement, nous avions tous deux des peines enfouis au fond de nous. Je voyais son sourire grimaçant, tentant de cacher son terrible souvenir, je voyais le ton qu'elle avait employé qui n'étais pas très bon. Après qu'elle ai bu sa tasse, avec sympathie, je lui prit la main.

-Théroigne, ne cachez point ce ton triste par des sonorités humoristique. Je comprend parfaitement que ce souvenir vous ai mauvais. Avec moi, vous n'avez pas à jouer à la dame intouchable. Votre père ne sait pas ce qu'il perd. Il a une jeune femme très bien éduquer, intelligente et digne. 

Je lâchai sa main, me remettant bien sur ma chaise en bois. reposant mes mains sur la table

-Vous avez raison, je trouve le présent particulièrement incroyable, c'est le temps, infime, qu'il y a entre deux choses qui ne dure même pas une seconde puisque le présent est maintenant passé et ne peut être futur, or, le futur est déjà présent qui est passé. 

Je lui fis un sourire

-Il faut regarde devant soi et ne jamais se retourné, nous apprenons de nos erreur dans le présent. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Ven 8 Aoû - 6:20

L'intervention de mon hôte me surpris beaucoup, je ne m'y attendait nullement et n'avais aucun moyen d'éviter ce geste d'affection. Aussi, me laissais-je prendre la main comme si nous étions frères et sœurs de peine. Il essaya de chasser ces mauvais souvenirs l'espace de quelques instants de mon esprit en me complimentant, et je ne pus m'empêcher d'esquisser un sourire. Peut-être avait-il raison au fond, je n'avais nullement besoin de jouer la comédie en sa compagnie. Et quand il récita une improvisation sur le moment présent, je ne pus douter bien longtemps de ses talents oratoires. mon sourire s'agrandi et ce fut sur un ton un petit peu gêné que je m'expliquai :

- Je suis désolée, je n'ai pas l'habitude d'ainsi dévoiler mon histoire ni ... mes sentiments. J'ai pour habitude de me cacher derrière une carapace presque infranchissable. Presque...

Je me sentais en sécurité avec lui, quelle sensation étrange ! Moi que l'on avait toujours ignoré, voilà que l'on prenait soin de moi. J'avais simplement peur d'être un fardeau, ce dont j'avais bien peur. Un bref regard par la fenêtre m'indiqua que le soleil déclinait déjà vers l'horizon. La nuit tomberait dans seulement quelques heures.

- J'espère que je ne vous dérange pas, je me doute que vous avez beaucoup de travail et je me doute que ma présence peut s'avérer ... pesante. Si vous le souhaitez, je peux partir, je comprendrais tout à fait.

Je ne voulais pas partir, mais je ne voulais pas le déranger non plus.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Ven 8 Aoû - 6:33

J'avoue n'avoir point eu honte de lui prendre la main, ce geste était si intime alors que selon mon avis, ce n'était pas le cas. Je l'a regardais, avant de me lever, prenant nos deux tasses vides, je me refis un thé.

-Nous sommes des êtres humains, certes, nos carapaces sont dures, mais il y a toujours une faille. Pensez-vous qu'une tortue a une carapace incassable?!

Après avoir chauffer à nouveau de l'eau, je me tournais vers elle.

-Voulez-vous encore une tasse de thé? ou autre chose? Avez-vous faim? Je vois que le soleil se couche peu à peu, l'heure de dîner ne tarde pas...

J'aimais beaucoup faire attention au gens, et cette jeune femme m'intriguais. Elle semblait si forte mais si blessée à la fois, comme une sculpture de glace. La glace faisait que la statue semblait incassable, cependant une pichenette pouvait la craqueler. 

-Oh, vous ne me dérangez pas Théroigne, un peu de temps pour ma vie social entre deux soirées de documents. Votre présence m'est très agréable et sachez que j'ai un lit en plus au cas où vous ne vus sentez pas d'attaque à sortir pendant la nuit. 

C'est vrais que si la nuit tombait, je ne l'a laisserais pas partir même si elle habitait près de chez moi, Paris la nuit n'était que très peu fréquentable. 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Ven 8 Aoû - 7:44

J'acceptai volontiers la nouvelle tasse de thé qu'il me proposait et offrit mon aide pour mettre la table. Il était plus facile de manger ici, et je supposait que ça ne dérangeait pas mon hôte puisqu'il semblait insister.

- Si vous avez besoin de quelque chose de particulier, je me rendrais à l'échoppe la plus proche pour l'acheter.

Mais quand il me proposa de rester dormir, je m'arrêtai net dans mes mouvements. Ce jeune homme était décidément de plus en plus intriguant et imprévisible. Je souris légèrement. Je ne pouvais pas faire cela, ça aurait été déplacé. Je continuais à mettre la table tout en réfléchissant à la réponse qui se verrait la plus appropriée. Au bout de quelques secondes, je finis par dire :

- Je ne sais pas ... Je n'habite pas bien loin et retourner chez moi de nuit ne me dérange pas, je vous assure.

Je n'avais pas d'arme sur moi, bien que j'essayais constamment d'en avoir une à portée de main, ne serait-ce que pour dissuader les personnes un peu trop audacieuses à mon goût. Pars n'était guère sûr la nuit, mais il y avait peu de chance qu'il ne m'arrive quelque chose. Et malgré ses compliments, j'étais réticente à cette idée. Je commençais à me poser des questions sur les intentions du jeune homme, que j'appréciais énormément. Un bref regard vers la fenêtre me confirma qu'il pleuvait toujours à verse et que le temps n'était pas prêt de s'éclaircir. Tout aurait été si simple si je restqis ici jusque le lendemain mais ... non.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar


Messages : 127

Date d'inscription : 01/08/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Ven 8 Aoû - 7:53

Je posai alors les deux tasses sur la table et vit qu'elle mettait la table, je l'a remerciais d'un hochement de tête et ouvrit mon garde manger situé en haut d'un grand meuble imposant.

-Oh non, ne vous en faite point, j'ai de quoi faire!

Je lui sourit doucement, j'étais très heureux qu'elle prenait l'initiative de mettre la table ou encore de vouloir aller à l'échoppe. Quand j'entendis sa réponse pour ma question de l’hébergé, je l'a regardais, en aucun cas je ne voulais l'a gêné. 

-Oh, je suis désolé si je vous ai gêné...Je le défaut de m'emballer assez vite. Voyez en ma question la réticence de vous voir partir de nuit dans la capitale. Je sais que tout peut arriver dans cette ville, elle n'est pas très sûr la journée et encore moins la nuit. Mais si vous souhaitez partir après manger, c'est votre droit. Je vous accompagnerez même si vous le voulez...

Je commençais à faire chauffer de l'eau dans une casserole pour y faire de quoi nous remplir l'estomac. Je n'avais pas pour habitude d'avoir une invitée. Certes, Camille venait parfois m'accompagner dans mes nuits solitaires, parlant de tout et de rien, de nos jeunes années...J'haussai les épaules, après tout, si elle ne voulait rester, c'était son choix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://everyday-at-biaritz.creerunforum.net/
avatar


Messages : 267

Date d'inscription : 14/02/2014


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   Ven 8 Aoû - 20:52

Je comprenais parfaitement l'origine de son invitation à passer la nuit ici, il devait se faire du souci pour ma sécurité. Mais en toute franchise, je pensais mieux savoir me défendre de que lui, mais je ne voulais me fier aux apparences.

- Je vais y réfléchir, laissez-moi un peu de temps. Mais si la pluie continue à tomber, je ne pense pas rentrer chez moi ce soir.

Je lui souris et finis de mettre la table, simple, mais correcte. Maximilien apporta la nourriture tandis que je vérifiais qu'il ne manquait rien. Dehors, derrière les nuages, l'on pouvait facilement imaginer un ciel couleur feu du au coucher du soleil. Heureusement, alors que l'été approche, les jours deviennent de plus en plus long et me permettront peut-être de rentrer plus tard ... si le temps le permet. Nous nous installâmes à table et après avoir souhaité un bon appétit à mon hôte, commençai à couper le pain avant que chacun puisse en avoir un morceau. Je commençai à manger avant de me retourner vers Maximilien :

- Et si nous nous tutoyions ? Ce serait plus facile, non ?

Je souris. Il n'était pas simplement devenu un allié, il était à présent également un ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Allons faire valser leurs discours [Pv Robi]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 9Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9  Suivant
 Sujets similaires
-
» Allons faire un tour, du coté de chez Swan… (Alexandra & Molly)
» Allons faire un tour au zoo (Li)
» Allons faire du shopping [PV Maggie Fox]
» Tu vis dans mon coeur, Qu’importe leurs discours, Tu vivras dans mon coeur, Toujours... [Adrian]
» Allons faire trempette ! [Mission]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Remember the past :: Flood :: Oubliettes :: RP-
Sauter vers: